Interconnexion gazière stratégique Grèce-Bulgarie sur route cahoteuse – EURACTIV.fr

Interconnexion gazière stratégique Grèce-Bulgarie sur route cahoteuse – EURACTIV.fr

7 août 2020 0 Par Village FSE

La construction d'un gazoduc stratégique soutenu par l'UE, qui devrait rompre le monopole du gaz russe sur le marché bulgare, a rencontré un problème. Rapports d'Euractiv Bulgarie.

Des dizaines de travailleurs bulgares qui construisent l'interconnexion Grèce-Bulgarie (IGB, également connu sous le nom de pipeline Stara Zagora-Komotini) ont manifesté jeudi 6 août à Haskovo, en Bulgarie. Les travailleurs disent qu'ils n'ont pas été payés depuis trois mois et menacent de quitter leur emploi s'ils ne reçoivent pas leur salaire immédiatement.

L'interconnexion gazière Grèce – Bulgarie est conforme à la stratégie commune de l'UE pour une sécurité d'approvisionnement fondée sur le marché. Il est lié au corridor sud du gaz – une initiative soutenue par la Commission qui vise à réduire la dépendance de l’Europe vis-à-vis du gaz russe et à ajouter diverses sources d’approvisionnement énergétique.

Le gazoduc vise à exploiter du gaz d'Azerbaïdjan et transportera également du gaz du terminal de gaz naturel liquéfié (GNL) de la Grèce. La Bulgarie devrait importer 1 milliard de mètres cubes de gaz d'Azerbaïdjan par an, soit près d'un tiers de sa consommation annuelle. Ce gaz devrait commencer à circuler en 2021. Ensuite, pour la première fois, la Bulgarie briserait effectivement le monopole de l'approvisionnement en gaz russe.

Malgré l'avancée de la construction, les salaires des travailleurs bulgares qui construisent le gazoduc n'ont pas été payés.

«Chaque mois, nous travaillons 300 heures, étant donné que le nombre normal d'heures de travail par mois est de 160. Nous faisons des heures supplémentaires. Nous travaillons tous les samedis, parfois même les dimanches », a déclaré un travailleur de l'IGB à la radio nationale bulgare.

Un autre manifestant a déclaré qu'il travaillait sur le projet depuis six mois, mais qu'il n'avait reçu aucun argent au cours des trois derniers mois. Les salaires ne sont clairement pas très élevés car les manifestants affirment que leur employeur leur possède 2 050 euros pour trois mois de travail.

Il a été annoncé par la suite que les salaires des travailleurs en juin seraient payés le même jour (6 août), tandis que le montant restant serait payé au début de la semaine prochaine.

Un manifestant a déclaré sur la chaîne bTV que la situation était «humiliante», car les travailleurs grecs faisant le même travail avaient été payés à temps.

Il y a une semaine, le Premier ministre bulgare Boyko Borissov a personnellement inspecté la construction du gazoduc Stara Zagora-Haskovo-Komotini. Au cours de sa visite, Borissov a expliqué que sans son gouvernement, le projet «s'arrêtera et s'arrêtera». Borissov est sous la pression populaire pour démissionner en raison d'allégations de corruption.

Le budget pour la construction de l'interconnexion gazière est de 240 millions d'euros et le contrat de construction a été signé le 10 octobre de l'année dernière. Sur ces 240 millions d'euros, 110 millions d'euros ont été octroyés sous forme de prêt par la Banque européenne d'investissement (BEI). Près de 39 millions d'euros sont fournis par le bulgare Programme opérationnel Innovation et compétitivité, et 45 millions d'euros ont été accordés sous forme de subvention par la Commission européenne en 2010.

La société bulgare Energy Holding (BEH) et la société gréco-italienne Poséidon sont les actionnaires de la société ICGB responsable du projet. Les tuyaux sont livrés par la société grecque Corinth Pipeworks, tandis qu'une autre société grecque J&P – Avax est responsable de la conception et de la construction de la route du gaz.

Le projet IGB devrait être achevé d'ici fin 2020. L'ensemble du tracé de l'interconnexion Grèce-Bulgarie est de 181 km. La Bulgarie compte recevoir du gaz naturel liquéfié (GNL), y compris des importations américaines de GNL, qui sera déchargé à la GNL Terminal dans Alexandroupolis, Le nord de la Grèce.

Il y a deux semaines, EURACTIV Bulgarie a appris de sources diplomatiques étrangères que l'entreprise publique Bulgarian Energy Holding (BEH) avait bloqué la question de la garantie bancaire dans le cadre du contrat stratégique pour IGB.

Le 22 juillet, EURACTIV a demandé au ministre de l'Énergie Petkova de commenter. Elle n'a pas nié qu'il y avait un problème, mais a déclaré qu'il serait résolu rapidement. Le chef du BEH Zhaklen Cohen n’a pas répondu à son téléphone portable.

Des sources ont déclaré que la «cinquième colonne» russe en Bulgarie tentera de créer des problèmes aux routes alternatives d'approvisionnement en gaz aussi longtemps que possible.