Ikea France passera en jugement pour des allégations d'espionnage sur le personnel et les clients | France

14 mai 2020 0 Par Village FSE

La filiale française d'Ikea ​​et 15 personnes, dont d'anciens cadres et des policiers, seront jugés pour espionnage d'employés et de clients, ont annoncé les procureurs.

Deux anciens PDG d'Ikea ​​France font partie des personnes inculpées dans une affaire remontant à 2012 lorsque la firme d'ameublement suédoise a été accusée de payer pour un accès illégal aux fichiers de la police.

La société aurait payé la police pour obtenir des informations sur les travailleurs impliqués dans les syndicats et les clients avec lesquels elle était impliquée dans des conflits. Les procureurs disent que l'unité française a acheté l'accès aux dossiers judiciaires et de police et aux coordonnées bancaires.

Ces informations auraient été extraites du système de police français du STIC, qui permet de retrouver les noms et les informations personnelles de millions de criminels, de victimes et même de témoins.

Quatre officiers de police figurent également parmi les 15 personnes inculpées, ainsi que les anciens chefs d'Ikea ​​France Jean-Louis Baillot et Stefan Vanoverbeke et l'ancien directeur financier Dariusz Rychert.

Jeudi, le parquet de Versailles, en dehors de Paris, a décidé qu'il y avait suffisamment de preuves pour tenir un procès.

À la suite des allégations, Ikea France a licencié quatre employés, ouvert une enquête interne et établi un code de conduite. L'entreprise compte 34 magasins en France et emploie 10 000 personnes.