Gaia-X, Huawei troubles, DSA – EURACTIV.fr

Gaia-X, Huawei troubles, DSA – EURACTIV.fr

17 octobre 2020 0 Par Village FSE

Bienvenue dans le Digital Brief d'EURACTIV, votre mise à jour hebdomadaire sur tout ce qui est numérique dans l'UE. Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici.

«En fin de compte, lorsque Gaia-X sera opérationnel, il sera possible pour des entreprises américaines, indiennes ou chinoises de proposer des services.. »

– Le ministre allemand de l'Economie Peter Altmaier.

Récit de la semaine: les ministres des télécommunications de l’UE ont adopté cette semaine une déclaration commune sur une série d’engagements destinés à renforcer l’infrastructure cloud de l’Union, mais dans quelle mesure dépendra-t-on des entreprises extérieures à l’UE?


Cette semaine également: FR & NL sur la loi sur les services numériques, Huawei répond aux députés européens, la violation de données de Zhenhua affecte la Hongrie, Five Eyes veut des portes dérobées, l'UE finance l'application Myanmar.


Dossier numérique: la souveraineté du cloud de l'UE

Les géants mondiaux de la technologie, tels que Google, Microsoft et IBM, ainsi que les acteurs chinois du marché, sont invités à participer à l'ambitieux projet d'infrastructure cloud Gaia-X de l'UE, a déclaré jeudi 15 octobre le ministre allemand de l'Économie Peter Altmaier.

Si des entreprises internationales sont impliquées depuis la création de Gaia-X, les commentaires d’Altmaier vont à l’encontre de l’idée de créer une infrastructure de services cloud «souveraine» de l’UE qui serait principalement exploitée par des entreprises issues du bloc.

Dans le même temps, jeudi, le lobby commercial Digital Europe, qui compte parmi ses membres certains des géants américains de la technologie, dont Google, Apple, Facebook et Apple, a annoncé qu'il avait demandé à devenir membre du projet Gaia-X. Trois des membres fondateurs de l’association, SAP, Bosch et Siemens, sont les membres fondateurs de l’initiative.

Altmaier a également annoncé jeudi la signature d'une déclaration commune sur les technologies cloud, dans le but de former une soi-disant «Fédération européenne du cloud». Les signataires se sont engagés à coopérer étroitement à la création de systèmes cloud européens qui offrent une «offre européenne résiliente et compétitive pour les besoins des secteurs public et privé».


Aider les gens et les entreprises à se remettre de la technologie

Google s'engage à aider 10 millions de personnes et d'entreprises à trouver un emploi, à se numériser et à se développer grâce à des produits et des formations faciles à utiliser pour soutenir l'Europe pendant la pandémie.


Les données

Adéquation des données Royaume-Uni / UE. Le gouvernement britannique subit une pression croissante pour convaincre les régulateurs bruxellois que le paysage de la protection des données du pays est adapté aux données personnelles de l'UE, alors que les pratiques de surveillance britanniques compromettent la sécurité des normes de l'UE.

Mardi 13 octobre, la chambre haute du Royaume-Uni, la Chambre des Lords, a publié un rapport sur les relations futures entre le Royaume-Uni et l'UE dans le monde des affaires, soulignant leur inquiétude selon laquelle «il est possible que la Commission n'accorde pas Royaume-Uni une décision d'adéquation des données », pour les transferts de données depuis le bloc après la fin de la période de transition du Brexit à la fin de l'année.

D'un autre côté, la Commission européenne ne devrait pas accorder au Royaume-Uni un accord sur l'adéquation des données dans le cadre de son évaluation continue du paysage de la protection des données du pays, a déclaré un groupe irlandais de défense des droits civils.

Cryptage et sécurité. L'alliance du renseignement «Five Eyes» a exigé dimanche que les entreprises de technologie insèrent des «portes dérobées» dans les applications cryptées pour permettre aux forces de l'ordre l'accès dont elles ont besoin pour contrôler la criminalité en ligne.

La violation de données en Chine affecte la Hongrie. Une liste chinoise contenant les informations personnelles de 2,4 millions de personnes a été divulguée en septembre par la société de Shenzhen Zhenhua Data. La liste comprend les noms, les photos de portraits, les liens vers les médias sociaux, le statut (actif ou inactif), le sexe et, dans certains cas, un résumé des antécédents professionnels de 710 Hongrois et de leurs proches, dont Radio Free Europe Hongrie a pu identifier 393.

Parmi les personnes influentes figurant sur la liste, y compris des juges, des capitaines de bureau et des ecclésiastiques, figurait l'un des enfants du Premier ministre Viktor Orbán, ainsi que plusieurs entreprises publiques, dont la Banque centrale hongroise, la société hongroise National Asset Management Inc. et MÁV -START Ltd.

Données sanitaires françaises. Le tribunal administratif français a déclaré mercredi que les données de santé personnelles françaises hébergées dans l'UE dans le cadre d'un contrat avec Microsoft ne peuvent pas être légalement transférées en dehors de l'Union européenne, mais que le traitement des données par Microsoft dans l'UE est autorisé.

La DPC irlandaise accueille un nouveau budget. La commission irlandaise de protection des données a salué cette semaine l’allocation de 19,1 millions d’euros de financement à l’autorité, comme annoncé par le gouvernement dans le budget 2021. Cette nouvelle dépense représente une augmentation des 16,9 millions d’euros alloués pour 2020.

Loi sur les services numériques / Loi sur les marchés numériques

La France et les Pays-Bas s'expriment. Les futures règles de l'UE pour freiner la domination des géants de la Big Tech devraient inclure des mesures visant à empêcher les géants des plateformes d'accumuler trop d'utilisateurs au détriment des plus petits concurrents, indique un document de position de la France et des Pays-Bas.

Le document, publié jeudi 15 octobre, suggère que des défaillances du marché sont survenues dans l’économie numérique en raison de «l’incapacité des utilisateurs à magasiner sur le marché».

«Le but de ces mesures serait de renforcer la concurrence en réglementant l'accès aux intrants, aux utilisateurs et à l'infrastructure en ligne pertinents», affirment les Français et les Néerlandais, ajoutant qu'une obligation particulière pourrait être de forcer les plateformes à «proposer de manière proactive des alternatives aux utilisateurs».

Big Tech sur le contenu nuisible. Les nouvelles mesures de l'UE réglementant le Web devraient éviter, dans un premier temps, les règles sur l'hébergement de contenu en ligne jugées «nuisibles» mais pas «illégales», a déclaré une association professionnelle bruxelloise représentant les plus grandes plateformes en ligne du monde.

Influence de la loi française Avia. Consultez cet article de blog intéressant du Center for IT & IP law de l'Université de Louvain sur la manière dont la décision du Conseil constitutionnel français sur la loi Avia est susceptible d'influencer la politique de l'UE sous la forme de la loi sur les services numériques et de la réglementation contre les contenus terroristes en ligne.

Plateformes

Interdiction de négation de l'holocauste sur Facebook. Plus tôt cette semaine, Facebook a mis à jour ses conditions d'utilisation pour interdire toute forme de négation de l'holocauste sur la plateforme. Ils se sont toutefois abstenus d’interdire tout autre exemple de négation du génocide.

Les modérateurs de Facebook se plaignent. Les modérateurs de contenu Facebook à Dublin ont critiqué leurs conditions de travail, alors que l'urgence de santé publique s'aggrave en Irlande. Lire la suite.

Google rejoint la nouvelle association bruxelloise. Hier, Google a officiellement rejoint l'European Advertising Standards Alliance en tant que premier membre corporatif du groupe.

droits d'auteur

Développements allemands. Alors que l'Allemagne se prépare à transposer la directive européenne sur le droit d'auteur en droit national d'ici l'été 2021, le nouveau projet déposé par la ministre de la Justice Christine Lambrecht (SPD) prévoit des filtres de téléchargement, bien que le gouvernement ait promis de s'en passer.

Le projet de loi a été publié par la ministre de la Justice Christine Lambrecht (SPD) et n'a pas encore été approuvé par le gouvernement fédéral. Lambrecht a déclaré que le projet était un «juste équilibre des intérêts» et une «étape importante vers le respect de la date limite de mise en œuvre de l'été 2021».

Cependant, le gouvernement avait promis que de tels filtres de téléchargement seraient évités lorsqu'il a accepté la réforme du droit d'auteur de l'UE en avril 2019.

Télécoms

Huawei a du mal. Le géant chinois des télécommunications Huawei a plus de mal à contrer les sanctions américaines visant à bloquer son accès aux semi-conducteurs, mais peut continuer à servir les clients du réseau 5G européen, a déclaré un haut dirigeant européen à un journal autrichien.

Lettre du député européen contre les vendeurs chinois. Une lettre multipartite de 41 députés a critiqué les entreprises chinoises Huawei et ZTE, accusant les entreprises d'être des fournisseurs «à haut risque», dont «la technologie des réseaux 5G européens constituerait une menace pour la sécurité».

En réponse, Huawei ne s'est pas retenu, suggérant même que la lettre aurait pu être poussée par l'un des rivaux européens de la société. «Nous devons être prudents lorsque nous étiquetons les fournisseurs sur la base de l'emplacement de leur siège», a déclaré un porte-parole de Huawei à EURACTIV.

«Certaines entreprises peuvent avoir leur siège social en Europe, mais ont leur important centre de décision, leurs chaînes d'approvisionnement et leurs installations de recherche et développement dans d'autres régions du monde, comme les États-Unis ou la Chine. Cela inclut deux de nos principaux pairs 5G. »

Les soucis de la concurrence en Italie. Des inquiétudes sont apparues au sein des groupes de consommateurs de l’UE selon lesquels les projets en Italie de créer une entreprise unique chargée de superviser le déploiement de la future infrastructure à large bande du pays pourraient conduire à une structure de marché «quasi monopolistique».

5G en France. L'opérateur télécoms Orange va déployer début décembre des services de réseau 5G pour les consommateurs en France.

Concurrence

Sonde Amazon. Les régulateurs antitrust de l'UE pourraient restreindre la portée de leur enquête d'un an sur Amazon pour accélérer le procès contre le géant américain de la vente en ligne, ont déclaré à Reuters des personnes proches du dossier.

Argent

La fiscalité numérique de l'OCDE repoussée. Plus tôt cette semaine, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a annoncé que l'objectif de parvenir à un accord politique pour un cadre fiscal international sur le numérique avait été repoussé à la mi-2021.

Intelligence artificielle

Access Now quitte le groupe AI. Le groupe de défense des droits numériques Access Now a annoncé qu'il avait quitté un groupe soutenu par l'industrie sur l'intelligence artificielle, invoquant des inquiétudes quant au «rôle plus restreint à jouer» au sein de l'organisation pour la société civile.

Médias

Stars4Media. Lors d'un événement organisé hier par Europe’s Media Lab (Fondation EURACTIV), le Stars4Media les résultats ont été dévoilés. Le projet, géré par un consortium de professionnels et d'experts des médias, soutient l'innovation dans le secteur des médias, à travers la formation et la coopération transfrontalière. Voir les résultats ici.

«Repolonisation» des médias. Le ministre polonais de la Culture, Piotr Glinski, a appelé mardi les entreprises publiques à acheter autant de médias que possible. «Partout où c'est possible, les entreprises publiques devraient acheter des médias», a déclaré Gliński à la radio RMF FM.

Ses commentaires sont intervenus après la publication d'informations selon lesquelles le géant public de l'énergie Orlen était en pourparlers avec un groupe d'édition allemand. Verlagsgruppe Passau sur l'achat de sa branche polonaise, Presse Polska, qui possède 20 des 24 quotidiens régionaux de Pologne ainsi que plusieurs hebdomadaires et sites d’actualité locaux, rapporte Alexandra Brzozowski d’EURACTIV.

Droits humains

L'UE finance l'application Myanmar. Une demande de vote financée par l'UE au Myanmar a fait l'objet de vives critiques pour avoir incité à la «diffamation raciale et religieuse» dans le pays en établissant le profil de l'appartenance ethnique et des croyances des candidats, en utilisant une terminologie désobligeante pour désigner ceux d'origine rohingya.

L'application mVoter 2020 a été développée dans le cadre du projet STEP Democracy, financé par l'UE, qui prétend soutenir des «processus électoraux inclusifs, pacifiques et crédibles» au Myanmar, afin de contribuer à la transition démocratique dans le pays.

Coronavirus

L'application StopCovid est mise à jour. Une nouvelle version de l'application française StopCovid – qui a été lancée pour la première fois début juin – sera disponible au téléchargement à partir du 22 octobre, a annoncé le Premier ministre français Jean Castex hier (12 octobre) dans une interview à France Info, lorsqu'il a également noté que «nous sommes dans une seconde vague forte».

L'application n'a été téléchargée que deux millions de fois par rapport aux 18 millions et 16 millions de téléchargements respectifs des applications de traçage allemandes et britanniques. Castex a admis le 24 septembre ne pas avoir téléchargé la version française, rapporte Lucie Duboua-Lorsch d’EURACTIV.

Rapport du Conseil de l'Europe. Un rapport publié cette semaine par le Conseil de l'Europe met en évidence un certain nombre de lacunes dans la protection de la vie privée et des données personnelles par les gouvernements pour empêcher la propagation de la pandémie COVID-19 parmi les signataires de la «Convention 108» sur la protection des données.

La Belgique lance le «baromètre du coronavirus». Le «baromètre du coronavirus» annoncé fin septembre devrait être lancé cette semaine vendredi 16 octobre alors que la Belgique se bat contre l'un des taux d'infection par habitant les plus élevés de l'UE. Lire la suite.


Sur mon radar

Le 19 octobre est un jour important pour les eurodéputés qui prennent la tête de la politique numérique de l'UE, avec une série de rapports sur la loi sur les services numériques et l'intelligence artificielle pour le débat, et plus tard dans la semaine, ils seront soumis à un vote.

Que lis-je d'autre cette semaine:

  • Les fuites de données de reconnaissance faciale sont monnaie courante en Chine (SCMP)
  • FCC agit alors que Trump intensifie son appel à diluer le bouclier des médias sociaux (Bloomberg)
  • Le revers de la monnaie numérique de la banque centrale chinoise (ASPI)