État de l'Union? Les villes et les régions seront essentielles

État de l'Union? Les villes et les régions seront essentielles

16 septembre 2020 0 Par Village FSE

C'est le point culminant politique de la saison politique de l'UE: la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, prononcera son premier discours sur l'état de l'Union mercredi 16 septembre. Il va sans dire qu'elle le fera pendant l'une des périodes les plus difficiles de l'UE, avec une nouvelle vague de Covid-19 et une contraction économique sans précédent.

Avec des prêts et des subventions d'une valeur de 750 milliards d'euros, le plan de relance européen constitue un acte historique de solidarité pour notre continent et un tournant pour notre Union.

Soyons clairs: sans cette nouvelle manne financière, nous ne pourrons pas surmonter une crise aux proportions colossales comme la crise actuelle. Mais nous devons regarder plus loin: l’UE n’est pas seulement une question d’argent et le plan de relance ne doit pas être considéré comme une simple série de chiffres.

Pour alimenter le plan de relance, nous, maires, dirigeants locaux et régionaux de toute l'Europe, appelons à des partenariats solides et efficaces entre tous les niveaux de gouvernement, non seulement pour ouvrir la voie à la sortie de la crise, mais pour jeter les bases d'un partenariat résilient et efficace. Europe durable.

Premières erreurs

Nous devons éviter de répéter les erreurs des premières semaines de la crise.

Un trop grand nombre des mesures initiales ont été prises au niveau national, sans coordination européenne, et ont souvent négligé le rôle crucial que nos gouvernements locaux et régionaux jouaient dans leurs circonscriptions. La coordination entre les différents niveaux de gouvernance peut et doit être améliorée.

Les villes et les régions ont été à l'avant-garde de la gestion de la crise – mais elles souffrent.

Les villes et les régions ont fourni des services essentiels en matière de protection sociale, de gestion des déchets, d'assainissement, de mobilité et de santé, tout en faisant tout leur possible pour limiter le risque de nouvelles infections.

L'économie européenne devant se contracter de plus de 8% en 2020, il y aura de graves conséquences pour les travailleurs et les entreprises, notamment dans les secteurs du commerce de détail, de la culture et de l'hôtellerie.

Les municipalités et les régions souffrent également d'énormes déficits de revenus – estimés en milliards et jusqu'à 20 pour cent des impôts locaux dans certains pays – menaçant leur capacité à fournir des services publics. La situation est critique pour nous tous.

Nos villes et régions ont déjà prouvé leur capacité à contenir la pandémie et à protéger le bien-être de nos citoyens.

Covid-19 est local, pas seulement mondial

Dans de nombreux pays, la gestion de la pandémie est localisée car elle a prouvé que des mesures adaptées sont les plus efficaces.

C'est pourquoi nous, en tant que maires et dirigeants régionaux, n'accepterons pas d'être de simples exécutants de politiques publiques européennes et nationales, sans avoir notre mot à dire. Nous voulons et devons être des agents de changement.

Pour y parvenir, nous avons besoin d'un changement de paradigme pour la gouvernance en Europe. attendre.

Covid-19 est le signe d'alerte de la nature: il ne faut pas s'appuyer sur un modèle économique en désaccord avec l'environnement.

Le Green Deal de l'UE devrait être le moteur d'une reprise qui transforme notre économie, la rendant plus durable, inclusive et résiliente aux chocs futurs.

Les villes ouvrent déjà la voie. Pendant la crise, des kilomètres de pistes cyclables ont été construits, les rues ont été transformées pour faire place à des sentiers de randonnée améliorés et un plus grand nombre de centres-villes ont été piétonniers.

Alors que les États membres élaborent leurs propres plans nationaux de relance, nous devons nous assurer que les dirigeants locaux et régionaux seront pleinement impliqués dans leur conception et leur mise en œuvre.

Ce sera le seul moyen de garantir que les plans de relance assurent véritablement le bien-être de nos citoyens.

Un million de politiciens élus aux niveaux local et régional à travers l'Europe fournissent des services vitaux pour leurs citoyens et leurs communautés. Qui pourrait être le mieux placé pour garantir que l'argent de l'UE est dépensé dans les secteurs qui ont vraiment besoin de notre soutien?

Pour réussir, nos territoires doivent être responsabilisés.

Ces dernières années, les villes et les régions ont connu une augmentation des responsabilités, tandis que leur accès aux financements nationaux s'est réduit.

C'est pourquoi la Commission européenne devrait garantir un accès direct et simplifié aux financements européens et étendre la flexibilité des aides d'État en faveur des entreprises locales.

Dans une perspective plus large et à plus long terme, nous exhortons la commission à établir un dialogue permanent avec nous par le biais de notre organisation représentative, le Conseil des communes et régions d'Europe.

Désormais prévue pour durer jusqu'à l'été 2022, la Conférence sur l'avenir de l'Europe est une autre occasion à ne pas manquer pour renforcer la coopération avec les gouvernements locaux et régionaux.

Cette conférence offre à l'UE une occasion historique de consulter et d'impliquer tous les niveaux de gouvernement. Les dirigeants européens et nationaux doivent développer un dialogue permanent avec nous et, à travers nous, avec un large éventail de citoyens.

Le plan de relance de l'Europe a un grand potentiel non seulement pour redynamiser notre économie, mais aussi pour transformer notre façon de faire.

En travaillant avec nos villes et nos régions et en les autonomisant, notre Union sortira de cette crise plus forte et mieux à même de faire face à la crise du coronavirus, à l'urgence climatique et aux défis à venir.