Emmanuel Macron accosté par les gilets jaunes alors qu'il se promène le 14 juillet | Nouvelles du monde

15 juillet 2020 0 Par Village FSE

Anti-gouvernement gilets jaunes (gilets jaunes) ont lancé des injures à Emmanuel Macron alors qu'il marchait avec sa femme, Brigitte, le 14 juillet dans un jardin public à Paris, incitant les dirigeants de l'opposition à appeler à une sécurité accrue.

Des manifestants ont affronté le président français et son épouse, Brigitte, alors qu'ils marchaient avec des gardes du corps dans le jardin des Tuileries à Paris mardi.

Dans une vidéo sur la page Facebook des gilets jaunes, ce qui semble être quelques dizaines de manifestants huent et crient « Démission de Macron!»(Macron démissionne) alors qu'ils entourent le parti présidentiel, beaucoup filmant sur leurs téléphones.

« C'est incroyable, nous sommes tombés sur l'épine de notre côté », dit un manifestant.

Tandis que les gardes de sécurité regardent, Macron s'engage dans une rencontre rapprochée avec les hommes agités, qui lui agitent les doigts au visage tout en se plaignant des inégalités économiques et de la surveillance brutale des manifestations.

Ni Macron ni les manifestants de la vidéo ne portaient de masques faciaux, recommandés pour prévenir la contagion des coronavirus. L'échange passionné a duré environ six minutes.

« Cela pose un vrai problème de sécurité », a déclaré à la télévision française Christian Jacob, le chef du parti d'opposition de droite, les républicains. « Comment le président de la République peut-il prendre de tels risques? »

Le leader de gauche, Jean-Luc Mélenchon, a déclaré que Macron aurait dû être plus « prudent » car « un président se promenant dans les Tuileries où il y a tellement de gens devrait s'attendre à rencontrer des détracteurs ».

Mais un porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a déclaré mercredi que l'incident a souligné « l'ouverture absolue au dialogue » de Macron, soulignant que ses opposants le critiquaient souvent d'être trop éloigné du peuple. « Le président de la république peut quitter l'Elysée (la résidence présidentielle), et heureusement », a déclaré Attal.

Dans la vidéo, Macron est vu à plusieurs reprises exhorter le groupe qui lui fait face à « être cool », tout en prenant le temps d'écouter certaines de leurs plaintes.

Il a dit qu'il comprenait leur «sentiment d'injustice». En réponse aux plaintes concernant les allégations d'abus policiers, il a souligné qu '«il y a aussi des violents parmi vous».

« C'est un jour férié (le 14 juillet), je me promène avec ma femme et vous me chahutez », raconte Macron.

Selon un décompte officiel, environ 2 500 manifestants et 1 800 agents des forces de l'ordre ont été blessés lors des manifestations hebdomadaires des gilets jaunes, qui ont commencé en novembre 2018. Les manifestations avaient largement disparu à l'été 2019, bien que des manifestations sporadiques attirant des foules beaucoup plus petites se soient poursuivies. .

Les rassemblements, qui ont commencé comme une protestation contre une perte de pouvoir d'achat et le mépris perçu de Macron pour les gens ordinaires, ont souvent déclenché des affrontements et des émeutes. Les militants disent que deux douzaines de civils ont perdu un œil des balles en caoutchouc utilisées par la police et cinq ont perdu la main pour assommer des grenades.