Deux compagnons de longue date guident l'Europe – EURACTIV.fr

Deux compagnons de longue date guident l'Europe – EURACTIV.fr

3 juillet 2020 0 Par Village FSE

Ils dirigent l'Allemagne ensemble depuis 15 ans. Ils sont désormais aux commandes de l’Europe. Avec le début de la présidence allemande de l'UE, la chancelière fédérale Angela Merkel et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, ont élaboré ensemble des plans pour sortir l'Europe de la crise, rapporte EURACTIV Allemagne.

Von der Leyen et Merkel ont discuté par appel vidéo jeudi 2 juillet de la manière dont ils peuvent utiliser la présidence allemande pour sortir l'Europe de la crise.

Au cours de la conférence de presse qui a suivi, leur amitié s'est manifestée lorsqu'ils se sont adressés les uns aux autres par leurs prénoms et ont ri ensemble. Von der Leyen a mentionné la «joie et la cordialité» entre eux.

Présidence allemande de l'UE: Berlin à la tête de la politique économique de l'UE

Alors que l'Allemagne assumait la présidence du Conseil de l'UE mercredi 1er juillet, le ministre de l'Économie, Peter Altmaier (CDU), a présenté des plans pour réorienter la politique économique du bloc, signalant l'engagement de l'Allemagne envers les pays tiers et confirmant l'accent mis sur l'économie numérique et verte. Reportage d'EURACTIV Allemagne.

Un passé partagé

Les deux ne sont pas seulement des collègues du parti de l'Union chrétienne-démocrate (CDU). Mme Merkel a fait entrer von der Leyen dans son premier cabinet gouvernemental en 2005, pour occuper le poste de ministre de la Famille et des Femmes.

Jusqu'à ce qu'elle déménage à Bruxelles, von der Leyen était un membre permanent du cabinet de Merkel, servant comme ministre du Travail, puis comme ministre de la Défense, faisant d'elle la dernière «survivante» du premier cabinet de Merkel.

Cependant, au cours de ces 15 années, leur relation n'a pas toujours été aussi harmonieuse. Par exemple, von der Leyen avait deux grandes chances de devenir la première femme présidente de l'Allemagne en 2004 et 2010, mais a été snobée les deux fois alors que Merkel a choisi un autre candidat.

Cela a dû être particulièrement douloureux en 2010, lorsque les médias ont parlé de von der Leyen comme candidat privilégié.

Mais plus tard, lorsque Merkel a été critiquée pour sa politique en matière de réfugiés, le ministre de la Défense a soutenu le leader. Lorsque la présidente de la Commission européenne, aujourd'hui devenue, a été prise entre deux feux en 2017 en raison de ses relations avec des extrémistes de droite, Merkel l'a assurée de « tout le soutien dont elle a besoin ».

Un pacte migratoire dans l'esprit du gouvernement allemand?

Pour la première fois depuis 2015, le nombre de demandes d'asile déposées dans l'UE a augmenté l'année dernière par rapport à l'année précédente. La présidence allemande du Conseil de l’UE fait pression pour que le système soit réformé, mais les propositions de la Commission sont encore loin. Reportage d'EURACTIV Allemagne.

Sur la Chine: «très critique» des droits de l'homme

En termes de contenu, la conférence de presse a traité à plusieurs reprises de la Chine et de la réaction européenne à la loi sur la sécurité à Hong Kong. Le président de la Commission a qualifié les relations dans certains domaines de «très complexes», affirmant que la Chine était à la fois un «partenaire important» et un «rival systémique».

Ils ont souligné qu'ils voulaient parler à Pékin non seulement des relations économiques mais aussi des droits de l'homme, dont l'Europe était «très critique». Selon Merkel, il était également nécessaire de discuter si et comment le principe «un pays, deux systèmes» pouvait encore exister avec cette loi sur la sécurité.

Von der Leyen n'a pas abordé la question des sanctions possibles, mais a déclaré que la Chine doit avoir un intérêt dans le fonctionnement des relations commerciales. Si l'Europe montrait une position unie et sûre d'elle, a-t-elle ajouté, cela aurait un «effet à long terme en Chine».

En ce qui concerne un accord commercial post-Brexit, une question urgente pour la présidence allemande de l'UE, Merkel a déclaré que les travaux étaient déjà « à pleine vitesse ». Cependant, elle a déclaré que l'accord n'aurait aucun prix.

« Nous devons également nous préparer à un autre cas », code pour un scénario « sans accord », a déclaré Merkel, ajoutant que cela serait mené en collaboration avec la Commission.

Merkel et Macron font preuve d'unité avant le sommet de l'UE

Dans un geste d'unité, le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel se sont rencontrés lundi 29 juin et ont réaffirmé leur engagement envers le Fonds de relance de l'UE, exprimant l'espoir que les dirigeants de l'UE surmonteraient leurs divergences actuelles. Reportage d'EURACTIV Allemagne.

CFP: accord à conclure cet été

Dans la perspective du prochain sommet européen des chefs d'État et de gouvernement qui se tiendra du 17 au 18 juillet à Bruxelles et qui se concentrera sur les négociations sur le cadre financier pluriannuel (CFP), Mme Merkel a indiqué qu'elle se rendait là-bas dans le but de «parvenir à une accord ».

Des négociations dures sont attendues, en particulier avec les soi-disant «Frugal Four» – Autriche, Suède, Danemark et Pays-Bas – qui rejettent toujours l’idée d’octroyer des aides sous forme de subventions.

Alors que le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a récemment souligné cela au journal italien Corriere della Sera, il a également, pour la première fois, donné le signal qu'il était prêt à faire des compromis.

À présent, Merkel a accru la pression sur les «quatre économes» en refusant de reporter les négociations. Elle a dit qu'elle ne pouvait penser à aucune autre option « que de parvenir à un accord cet été ».

La « crise » de la présidence allemande de l'UE expliquée

L'Allemagne assume la présidence tournante de six mois du Conseil de l'Union européenne le 1er juillet. Cette responsabilité intervient à un moment où l’UE est confrontée à des défis sans précédent et les attentes concernant le leadership et les compétences diplomatiques de l’Allemagne sont plus élevées que jamais.

(Édité par Benjamin Fox)