Des milliers de Britanniques vivant dans l'UE ont annoncé que leurs comptes bancaires britanniques seraient fermés | Banques et sociétés de construction

21 septembre 2020 0 Par Village FSE

Des milliers de Britanniques vivant dans l'UE verront leurs comptes bancaires britanniques fermés d'ici la fin de l'année en raison de l'échec du Royaume-Uni à conclure un accord commercial post-Brexit.

Lloyds, Barclays et Coutts ont informé les clients particuliers et professionnels qu'ils perdraient leurs comptes avant ou lorsque la période de transition du Brexit se terminera le 31 décembre et que d'autres banques devraient suivre.

Lloyds Banking Group, qui comprend Halifax et Bank of Scotland, a contacté ses 13000 clients aux Pays-Bas, en Slovaquie, en Allemagne, en Irlande et au Portugal, les avertissant qu'ils doivent prendre d'autres dispositions car la banque n'est plus autorisée à offrir des services.

Un porte-parole a déclaré: «Nous avons écrit à un petit nombre de clients vivant dans les pays de l'UE touchés pour leur faire savoir qu'en raison de la sortie du Royaume-Uni de l'UE, nous ne serons malheureusement plus en mesure de leur fournir certains services bancaires basés au Royaume-Uni. .

«Nous voulons garder les clients informés et offrir des conseils sur les prochaines étapes.»

Les services financiers au Royaume-Uni peuvent actuellement être commercialisés dans l'ensemble de l'Espace économique européen (EEE) car les pays membres sont liés par le même cadre réglementaire.

L'accord, connu sous le nom de «passeport», expire à la fin de l'année et, bien que le Royaume-Uni ait légiféré pour que les banques européennes puissent continuer à fournir des services aux clients britanniques, l'UE n'a pas fait de même.

À moins qu'un accord commercial ne soit conclu avec l'UE, les institutions financières britanniques devront respecter des règles souvent obscures qui varient d'un pays à l'autre et dépendent des services offerts par quel type de banque.

La semaine dernière, la Banque nationale néerlandaise a confirmé que les banques britanniques ne seraient plus en mesure de fournir des comptes courants ou d'épargne aux clients de détail aux Pays-Bas.

Les clients qui font affaire avec des entreprises qui possèdent des filiales basées dans l'UE voient leurs comptes transférés, mais les banques qui n'ont pas de filiale européenne devraient demander une licence pour commercer dans chaque pays de l'EEE. Certaines banques ont une clientèle trop restreinte dans l'UE pour justifier le coût.

Une cliente de la Lloyds a déclaré qu'elle craignait d'être coupée de ses paiements de pension au Royaume-Uni après que la banque l'ait informée qu'elle ne pourrait pas utiliser ses comptes courants et ses comptes d'épargne après le 2 novembre. Son solde lui sera retourné sous forme de chèque et tous les paiements après cette date seront retournés à l'expéditeur.

«Je ne sais pas ce qui se passera à propos des remises fiscales du HMRC ou de la taxe d'habitation et des factures sur la propriété que nous possédons au Royaume-Uni», a-t-elle déclaré.

«Je ne sais pas s'il est possible d'organiser des prélèvements automatiques et des ordres permanents auprès d'institutions britanniques à partir d'une banque néerlandaise et il y aura beaucoup de dépenses encourues si les paiements qui passent par Internet sont retournés à l'expéditeur ou si je dois convertir euros en livres sterling chaque fois que nous sommes au Royaume-Uni. « 

Barclays a également informé les clients de l'EEE que leurs comptes seraient fermés.

Une personne vivant en Allemagne a été informée qu'elle ne pourrait plus utiliser sa Barclaycard, dont elle dépend pour les transactions au Royaume-Uni.

Le client, qui ne voulait pas être nommé, a déclaré: «J'ai la carte depuis 40 ans et je la paie chaque mois sur mes pensions, qui sont versées sur mon compte au Royaume-Uni, donc je ne suis pas sûr que je se qualifier pour une carte de crédit allemande », dit-elle.

Elle a dit qu'elle possédait une propriété au Royaume-Uni et payait des impôts dans le pays et qu'elle voulait «maintenir mes arrangements financiers là-bas au cas où j'aurais besoin d'y vivre à nouveau».

Un porte-parole de Barclays a déclaré: «À la lumière du départ du Royaume-Uni de l'UE à la fin de 2020, nous continuons à examiner les services que nous proposons aux clients de l'EEE, et tous les clients concernés seront contactés directement.»

D'autres banques doivent encore décider des arrangements futurs. Santander et NatWest ont déclaré qu'ils surveillaient la situation et n'avaient actuellement aucun projet de retrait de comptes de détail ou d'entreprise.

HSBC, qui compte un grand nombre de clients en France, en Allemagne et en Suisse, a déclaré qu'en tant que banque internationale, elle pourrait continuer à servir les clients britanniques dans toute l'UE, mais les tiendrait informés de tout changement susceptible d'affecter les services.

Les services financiers britanniques sont réglementés par la Financial Conduct Authority, qui a déclaré qu'elle s'attendait à ce que les banques s'engagent avec les régulateurs nationaux pour évaluer l'impact des lois locales sur les clients et pour informer les clients de tout changement en temps opportun.

Selon l'organisme de commerce financier UK Finance, les banques doivent annuler la législation de 30 pays différents pour déterminer si elles peuvent continuer à servir leurs clients.

« Dans la mesure du possible, les entreprises souhaitent continuer à fournir des services bancaires aux clients résidant dans l'EEE après la période de transition », a déclaré un porte-parole.

«L'impact sur chaque client variera en fonction du modèle d'exploitation de sa banque ou de son fournisseur, du produit ou service fourni et du cadre juridique et réglementaire du pays dans lequel il réside.»