De graves violations des droits humains contre les Roms constatées lors des mesures de verrouillage – EURACTIV.com

De graves violations des droits humains contre les Roms constatées lors des mesures de verrouillage – EURACTIV.com

14 septembre 2020 0 Par Village FSE

Les communautés roms européennes ont connu une augmentation du racisme institutionnel et de la discrimination lors des mesures de verrouillage du COVID-19 à travers le bloc, selon un nouveau rapport du Centre européen des droits des Roms (ERRC).

Le rapport sur les droits des Roms à l'époque du COVID est sorti juste avant la publication d'une proposition législative clé de l'UE axée sur la lutte contre l'antitsiganisme dans toute l'Europe.

Dans le rapport, l'ERRC a enregistré des violations majeures des droits dans 12 pays européens – Albanie, Belgique, Bulgarie, Hongrie, Italie, Moldavie, Macédoine du Nord, Roumanie, Serbie, Slovaquie, Turquie et Ukraine.

«Alors que personne ne regardait, les communautés roms vulnérables étaient brutalisées par des policiers racistes, expulsées de force de leurs maisons, bouc émissaire par l'extrême droite, privées de l'égalité d'accès aux soins de santé et exclues de l'élaboration des politiques d'urgence», indique le rapport. .

«Leurs enfants se sont vus refuser l'accès à l'éducation, leurs quartiers fermés et mis en quarantaine, tout en un média hostile, affamé de contenu tabloïd, les diabolisant pour des clics bon marché», ajoute le rapport.

La pandémie a aggravé la situation des communautés roms marginalisées vivant dans des conditions surpeuplées et inhumaines, qui sont déjà plus à risque en raison d'un accès limité aux soins de santé, à l'eau potable, à l'assainissement et à la nourriture.

En plus de cela, les Roms font également partie des groupes les plus touchés par les répercussions économiques et sociales de la pandémie, prévient le rapport.

«C'est ce qui arrive quand ils pensent que personne ne les regarde», a déclaré le président de l'ERRC, Đorđe Jovanović, ajoutant que «le manque d'empathie et de solidarité» avec les Roms pendant la période de verrouillage du COVID-19 «a été profondément troublant».

«Lorsqu'une situation chaotique comme celle-ci se produit, ceux qui sont au pouvoir nous montrent comment ils aimeraient vraiment traiter les minorités et ceux qui sont différents si on leur en donnait la chance, c'est-à-dire sans pitié», a-t-il ajouté.

Le rapport exhorte l'UE à garantir «la transposition complète de la directive sur l'égalité raciale (RED) dans le droit interne ne s'est pas traduite par une action efficace contre la discrimination anti-Rom».

Il suggère d'élargir le champ d'application de l'article 3 pour contester les formes les plus courantes de discrimination à l'encontre des Roms: expulsions forcées, actions discriminatoires des forces de l'ordre et des autorités publiques chargées de la santé, du logement et de la protection sociale, qui devraient toutes être considérées comme liées à la fourniture de services publics.

Dans le même temps, le centre recommande à la Commission européenne «de remédier au manque de capacités et à l'ignorance flagrante de nombreuses autorités responsables en soutenant la lutte contre la discrimination pour les forces de l'ordre, les procureurs, les juges, les prestataires de services publics et autres responsables concernés» .

Si en outre, l'exécutif européen devrait être particulièrement «vigilant» dans le cas des États membres «connus pour leur recul démocratique, afin que les pouvoirs d'urgence temporaires assumés sous le couvert de la pandémie ne deviennent pas permanents».

Les législateurs européens voteront sur le rapport

Les conclusions de l’ERRC interviennent une semaine avant le rapport du Parlement européen du député rom Romeo Franz (Verts), qui devrait fournir des recommandations pour la nouvelle stratégie d’égalité des Roms de l’UE.

Les députés proposeront une directive avec des objectifs et des cibles contraignants, ainsi qu'un financement adéquat pour la mise en œuvre des stratégies nationales d'inclusion.

C'est la première fois que le Parlement européen votera sur une politique de l'UE en matière d'égalité, d'inclusion et de participation des personnes d'origine rom à caractère juridique contraignant.

«Il met au premier plan une proposition législative pour l'égalité, l'inclusion et la participation de mon peuple, pour la première fois dans l'histoire de cette maison, et fait de la lutte contre l'antitsiganisme, la principale cause d'exclusion sociale du peuple romani, une priorité », a déclaré Franz aux législateurs européens au sein de la commission des libertés civiles du Parlement (LIBE) début septembre.

Initialement voté en octobre, il a été inscrit à l’ordre du jour de septembre pour précéder le cadre de l’UE sur les stratégies d’égalité et d’inclusion des Roms, que la Commission européenne devrait présenter le 6 octobre.

«Le COVID-19 nous a montré plus que clairement les effets de l'antitsiganisme et de la négligence des États pour l'inclusion des Roms, dans la vie de nombreuses femmes, enfants et hommes roms», a déclaré Franz à EURACTIV dans des commentaires envoyés par courrier électronique en août.

«Les politiques d'inclusion du romani doivent être contraignantes, mais ne doivent pas être considérées comme une pression sur les épaules des États membres, mais comme un besoin urgent d'équilibrer la situation socio-économique des citoyens.»

Dans le contexte de l'épidémie de COVID-19 et à travers de multiples cas de violence policière contre les Roms dans toute l'Europe, il est clairement nécessaire que les gouvernements de l'UE et des États membres prennent des mesures et impliquent des représentants des communautés roms dans l'élaboration et la mise en œuvre de les stratégies d’inclusion, qui doivent être dotées des ressources financières nécessaires.

(Edité par Zoran Radosavljevic)