Craignant une pénurie d'approvisionnement, l'UE veut acheter plus de vaccins COVID – EURACTIV.fr

Craignant une pénurie d'approvisionnement, l'UE veut acheter plus de vaccins COVID – EURACTIV.fr

18 septembre 2020 0 Par Village FSE

L'Union européenne souhaite collecter plus d'argent pour consolider ses approvisionnements en vaccins potentiels contre le COVID-19 après avoir estimé que le nombre de vaccins disponibles l'année prochaine dans le monde pourrait être inférieur à la demande, ont déclaré deux sources de l'UE.

La décision possible de la riche UE pourrait affaiblir un effort d'achat mondial codirigé par l'Organisation mondiale de la santé et limiter davantage les vaccins disponibles pour les pays plus pauvres, même si le bloc a publiquement défendu le partage des vaccins COVID-19 parmi l'ensemble de la population mondiale .

L'exécutif de l'UE, la Commission européenne, a déclaré lors d'une réunion des ambassadeurs de l'UE la semaine dernière qu'il «essayait d'être pragmatique car le nombre total de vaccins qui pourraient être produits dans le monde l'année prochaine est de 2,4 milliards», a déclaré l'une des sources de l'UE à Reuters.

Le programme de l'OMS, appelé COVAX, veut sécuriser 2 milliards de doses d'ici la fin de 2021 et de nombreux pays, pour la plupart des pays riches comme les États-Unis, sont dans une course pour s'assurer qu'ils ont leurs propres approvisionnements en vaccins potentiels.

Selon l’estimation de la Commission, l’offre pourrait bien dépasser la demande l’année prochaine. Les cas mondiaux de coronavirus ont dépassé 30 millions jeudi (17 septembre), selon un décompte de Reuters, et la pandémie ne montre aucun signe de ralentissement.

Dans le cadre de sa nouvelle impulsion, la Commission exhorte les gouvernements des 27 États membres de l'UE à soutenir les négociations avec un septième fabricant de vaccins, ont déclaré les deux sources, après avoir conclu des accords avec AstraZeneca et Sanofi et annoncé des pourparlers avancés avec Johnson & Johnson, Moderna , Pfizer et CureVac pour leurs potentiels injections de COVID-19.

La Commission a déclaré aux ambassadeurs des États membres que ce nouvel effort nécessiterait un complément d'un fonds d'urgence de l'UE qui a jusqu'à présent débloqué environ 2 milliards d'euros pour acheter des vaccins COVID-19, ont indiqué les sources.

Lors de la réunion, les envoyés ont soutenu le plan de renforcement de l'instrument de soutien d'urgence (ESI), mais des discussions sur la contribution de chaque gouvernement de l'UE sont toujours en cours, ont-ils déclaré.

« Les États membres sont conscients qu'ils peuvent apporter des contributions supplémentaires à l'ESI si nous voulons étendre le portefeuille, car il n'y a qu'un montant limité de financement disponible pour l'ESI », a déclaré vendredi un porte-parole de la Commission, mais a refusé de donner plus de détails. .

Lors d'une vidéoconférence des ministres de la Santé de l'UE le 4 septembre, le gouvernement allemand, qui assure la présidence de l'UE pour le second semestre de cette année, a estimé que 750 millions d'euros supplémentaires seraient nécessaires pour développer des vaccins candidats existants, selon le procès-verbal de la réunion vue par Reuters.

L'argent de l'UE est utilisé pour les acomptes versés aux fabricants de vaccins et couvre principalement les coûts de développement et de production. Dans le cadre des accords négociés par Bruxelles, les États de l'UE se voient en échange accorder le droit d'acheter une quantité préalablement convenue de doses à un prix fixe.

Alors que le paiement initial serait perdu si un vaccin s'avérait inefficace ou dangereux, les accords permettent à l'UE de sécuriser les doses à l'avance avec un engagement à effectuer les paiements plus importants à un stade ultérieur si les vaccins réussissent.

En août, la Commission a versé à AstraZeneca 336 millions d'euros pour sécuriser dans ces conditions 300 millions de doses de son vaccin en cours de développement avec une option d'achat de 100 millions de vaccins supplémentaires.

Bruxelles a déjà obtenu ou négocie la fourniture de près de 2 milliards de doses de vaccins potentiels contre le COVID-19 de six entreprises avec des dates de livraison non précisées, selon des personnalités publiques.

C'est la même quantité de vaccins que l'OMS s'est engagée à acheter via son installation COVAX en 2021 et à distribuer dans tous les pays du monde.

La Commission a averti en privé les gouvernements de l'UE de ne pas acheter de vaccins via COVAX, ont déclaré des responsables européens à Reuters, car le programme d'achat mondial pourrait amener l'UE à avoir une petite part de vaccins car sa population ne représente que 450 millions des près de 8 milliards de personnes dans le monde. .

Cependant, l'UE a déclaré publiquement qu'elle souhaitait augmenter la capacité de production des fabricants de vaccins et partager les doses excédentaires avec les pays les plus pauvres. C'est également l'un des plus grands donateurs à l'OMS pour la sécurisation des vaccins.