Boris Johnson continue de parler avec l'UE mais dit que le Royaume-Uni devrait se préparer à un non-accord – POLITICO

Boris Johnson continue de parler avec l'UE mais dit que le Royaume-Uni devrait se préparer à un non-accord – POLITICO

16 octobre 2020 0 Par Village FSE

Le Premier ministre britannique Boris Johnson dit au Royaume-Uni de se préparer à aucun accord | Dan Kitwood / Getty Images

Le Premier ministre britannique a déclaré que l’UE avait «refusé de négocier sérieusement».

Par

Mis à jour

Appuyez sur play pour écouter cet article

LONDRES – Le premier ministre britannique continuera de négocier avec l'UE, mais a accusé Bruxelles de ne pas avoir engagé de négociations pour un accord à la canadienne.

Dans un clip vidéo télévisé publié vendredi, Johnson a déclaré que le Royaume-Uni devrait se préparer à un non-accord à partir de janvier 2021.

«Dès le départ, nous étions tout à fait clairs sur le fait que nous ne voulions rien de plus compliqué qu'une relation à la canadienne basée sur l'amitié et le libre-échange. À en juger par le dernier sommet européen de Bruxelles qui ne fonctionnera pas pour nos partenaires européens. Ils veulent pouvoir continuer à contrôler notre liberté législative, nos pêcheries, d'une manière totalement inacceptable pour un parti indépendant », a-t-il déclaré.

Johnson a ajouté: «Étant donné qu'ils ont refusé de négocier sérieusement pendant une grande partie des derniers mois et que ce sommet semble exclure un accord à la canadienne, j'ai conclu que nous devrions nous préparer pour le 1er janvier avec des arrangements plus comme celle de l'Australie, basée sur les principes simples du libre-échange mondial. »

Le Royaume-Uni sera prêt à «écouter» s'il y a un «changement fondamental d'approche» de l'UE, a ajouté Johnson. Sinon, le Royaume-Uni optera pour la «solution australienne», à savoir le non-accord.

Les dirigeants de l'UE se sont réunis à Bruxelles pour un sommet du Conseil européen jeudi et vendredi et ont appelé « le Royaume-Uni à prendre les mesures nécessaires pour rendre un accord possible ».

Le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier, a déclaré lors d'une conférence de presse lors du sommet qu'il souhaitait se rendre à Londres lundi pour faire avancer les négociations, faisant pression sur Londres pour qu'elle continue de parler après l'échec des dernières semaines à faire une percée.

Le négociateur en chef du Royaume-Uni, David Frost, a exprimé sa déception face aux conclusions publiées par les dirigeants lors du sommet. « L'UE surprise n'est plus déterminée à travailler » intensivement « pour parvenir à un futur partenariat », Frost a tweeté, soulignant que des pourparlers intensifs avaient été convenus avec la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, le 3 octobre. «Également surpris par la suggestion selon laquelle pour obtenir un accord, toutes les initiatives futures doivent venir du Royaume-Uni. C'est une approche inhabituelle pour mener une négociation.