Boris Johnson a exhorté à publier le rapport sur l'intimidation de Priti Patel dans son intégralité – POLITICO

Boris Johnson a exhorté à publier le rapport sur l'intimidation de Priti Patel dans son intégralité – POLITICO

20 novembre 2020 0 Par Village FSE

Boris Johnson subit une pression croissante pour publier «immédiatement» un rapport sur les allégations de faute de son ministre de l'Intérieur, Priti Patel.

Patel fait l'objet d'une enquête depuis neuf mois à la suite de la démission dramatique de Philip Rutnam, le plus haut fonctionnaire du Home Office. Rutnam a imputé sa démission à une «campagne vicieuse et orchestrée» dirigée contre lui par Patel, qui a fermement nié toutes les accusations d'intimidation.

Plusieurs sources familières avec une ébauche du rapport ont déclaré à Laura Kuenssberg de la BBC que Patel n'avait pas satisfait aux exigences du code ministériel – un document gouvernemental établissant des règles et des normes pour les ministres britanniques.

Le Financial Times rapporte que ses conclusions pourraient être rendues publiques dès vendredi, Patel devant recevoir un «avertissement écrit» et demander à s'excuser plutôt que d'être renvoyé.

Le gouvernement n’a aucune obligation de publier les conclusions du rapport, mais le parti travailliste d’opposition a déclaré que la question soulevait des «questions fondamentales» concernant le jugement de Johnson.

Le secrétaire de l'Intérieur de l'ombre, Nick Thomas-Symonds, a déclaré dans un communiqué: «Le rapport doit être publié dans son intégralité immédiatement et le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur doivent se présenter devant le Parlement pour répondre aux questions sur ce désordre.»

Dave Penman, qui dirige la FDA, un syndicat de hauts fonctionnaires, a accusé Johnson de s'être «assis sur le rapport» et a appelé le gouvernement à introduire un processus transparent et indépendant de traitement des plaintes pour faute ministérielle.

Il a ajouté: «C'est le seul moyen de restaurer toute forme de confiance dans le processus et d'empêcher ce genre de spéculation interminable à l'avenir, ce qui est injuste tant pour les victimes que pour les accusés.»