Avec une meilleure information de la Chine et de l'OMS, nous aurions été mieux préparés – EURACTIV.fr

Avec une meilleure information de la Chine et de l'OMS, nous aurions été mieux préparés – EURACTIV.fr

30 mai 2020 0 Par Village FSE

L'Europe aurait pu être mieux préparée à faire face à la pandémie de COVID-19 si la Chine et l'Organisation mondiale de la santé avaient proposé «des informations meilleures et plus fiables plus tôt», a déclaré le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton, à EURACTIV.com dans une interview.

Thierry Breton s'est entretenu avec Jorge Valero d'EURACTIV.

En Espagne, le pays que je connais le mieux, il y avait une pénurie de matériel de protection comme des masques au début de la pandémie. De votre point de vue, comment l'Espagne a-t-elle géré la crise des coronavirus?

Je ne veux pas commenter certains pays. Mais tout le monde a fait de son mieux. Il est vrai qu'au début, nous avons vu peu de pays fermer leurs frontières (pour les marchandises). Ce n'était pas une bonne réaction. Ils ont rouvert rapidement. Je ne veux blâmer personne, car personne n’était préparé à cette situation. En quelques semaines, nous nous sommes organisés. Lorsque la crise a commencé, il y avait 10 usines dans l'UE qui fabriquaient des masques, maintenant il y en a 500 parce qu'elles ont pu transformer une partie de leur chaîne de production. Si nous avions plus tôt des informations meilleures et plus fiables, nous aurions probablement pu mieux nous préparer. Mais nous manquions d'informations fiables. Et c'est vrai que tout le monde a été pris par surprise.

Lorsque vous dites «des informations meilleures et plus fiables plus tôt», faites-vous référence aux informations fournies par la Chine?

Oui, et peut-être aussi des informations fournies par l'OMS. Je ne blâme personne. Mais lorsque vous avez des informations, vous êtes mieux préparé. C'est évident.

Le fonds de relance annoncé par la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, devrait être opérationnel le 1er janvier. Que se passera-t-il si les parlements nationaux ne ratifient pas le paquet d'ici là?

Tout d'abord, je dois dire que c'est probablement l'un des moments les plus importants pour la construction de l'Europe. Pour la première fois, si le plan est adopté, la Commission émettra une dette sur les marchés à une échelle sans précédent, pour offrir 500 milliards d'euros de subventions et 250 milliards de milliards de prêts.

Deuxièmement, c’est un bon moment pour discuter au cours des prochaines années de l’octroi de nouvelles ressources propres à la Commission. Par exemple, en élargissant le système d'échange de quotas d'émission, en introduisant un mécanisme d'ajustement du carbone ou une taxe numérique. La Commission émettra la dette, et elle la remboursera, avec des échéances très longues, jusqu'à 30 ans, avec des ressources propres. Il serait donc injuste de dire que certains États membres paieront pour d'autres.

Est-il alors possible d'adopter le paquet d'ici là?

L'approbation des 27 parlements nationaux pourrait se faire rapidement si nous avions le soutien du Conseil européen et du Parlement européen.

Le tourisme est une autre industrie durement touchée. Une douzaine d'Etats membres ont demandé un fonds de relance spécifique pour le secteur. Y a-t-il quelque chose de spécifique dans le nouveau plan de relance pour eux?

Chaque État membre où le tourisme est pertinent devrait préparer un plan spécifique pour le secteur avec trois objectifs. Premièrement, pour aider l'ensemble de l'industrie, y compris les hôtels, les bars, etc. à surmonter cette situation. Le fonds de relance pourrait faire partie de la solution pour les États membres. Deuxièmement, les plans devraient garantir que nous pouvons rouvrir en toute sécurité. La Commission a offert une «boîte à outils» aux États membres pour harmoniser certains protocoles. Troisièmement, nous devons sauver la saison. Nous savons que ce sera difficile. Mais tout en respectant les conditions des autorités sanitaires, nous pouvons à nouveau rouvrir. Il y a beaucoup d'entrepreneuriat dans l'industrie, alors j'espère que nous pourrons commencer à rouvrir dans les prochaines semaines.

Transports européens, un plan touristique vise à protéger les vacances d'été

Mercredi (13 mai), la Commission européenne adoptera une stratégie globale – déjà vue par EURACTIV – qui vise à garantir la réouverture des gouvernements pour les activités touristiques de manière coordonnée. L’exécutif européen s’impliquera également dans le débat conflictuel «coupons contre remboursements».

Certains pays recommandent à leurs citoyens de faire du tourisme intérieur cet été. Certains autres sont en pourparlers pour convenir de «bulles sûres». Quelle serait votre recommandation?

Notre recommandation est de respecter pleinement la situation épidémiologique par zone. Par exemple, en France, vous avez une zone rouge et une zone verte. Il vaut mieux de plus en plus agir sur la base de zones plutôt que de frontières. C'est ce que nous recommandons.

(Édité par Zoran Radosavljevic)