Alstom prêt à vendre des actifs pour obtenir l'approbation de fusion de l'UE – EURACTIV.fr

Alstom prêt à vendre des actifs pour obtenir l'approbation de fusion de l'UE – EURACTIV.fr

2 juillet 2020 0 Par Village FSE

Le constructeur français de trains à grande vitesse TGV Alstom est prêt à vendre des actifs pour obtenir l’approbation antitrust de l’UE pour son offre pour la division ferroviaire de Bombardier Inc., ont déclaré des personnes proches du dossier.

Alstom et Bombardier estiment qu'ils ont un dossier solide avec peu d'activités qui se chevauchent, même si les régulateurs antitrust de l'UE ne sont pas convaincus par les concessions et choisissent plutôt d'ouvrir une enquête de quatre mois, ont déclaré les gens.

L’offre d’Alstom pour Bombardier, annoncée en février, s’élève à 6,2 milliards d’euros. La société française souhaite créer le deuxième constructeur mondial de trains, afin de mieux concurrencer le leader chinois CRRC Corp, dans sa deuxième tentative d'accord, après que la Commission européenne a bloqué son projet de fusion avec Siemens l'année dernière.

Le responsable de la concurrence de l'UE devrait exiger des concessions, ont déclaré les citoyens. La date limite pour les concessions lors de l'examen préliminaire est le 9 juillet, la décision de l'UE étant attendue pour le 16 juillet.

Les sources ont déclaré que Bombardier serait également disposé à mettre fin à son partenariat avec Hitachi au Japon pour la construction de trains à grande vitesse, bien que les deux sociétés contestent les affirmations selon lesquelles elles sont fortes dans ce domaine.

Alstom a refusé de commenter les concessions. Bombardier n'a pas pu être joint immédiatement pour commenter.

Le constructeur de TGV Alstom confirme une tentative de candidature pour un concurrent canadien

Le constructeur français de trains Alstom a confirmé qu'il était en pourparlers sur la possible acquisition de l'activité ferroviaire de Bombardier au Canada, un accord potentiel de 6,5 milliards d'euros qui pourrait l'aider à se développer dans un secteur ferroviaire de plus en plus concurrentiel.

« Nous avons eu un dialogue continu et constructif avec la Commission européenne et nous continuerons à maintenir un dialogue ouvert jusqu'à ce que la Commission annonce sa décision », a déclaré la société.

Le chien de garde a mis en évidence trois préoccupations concernant le pouvoir de marché des sociétés combinées dans la signalisation, les trains à grande vitesse et le matériel roulant de la ligne principale, ont déclaré les gens.

Pour répondre aux inquiétudes concernant le matériel roulant de la ligne principale, qui fait référence aux trains interurbains et régionaux, les entreprises pourraient vendre de la capacité et / ou de la technologie ou du matériel, ont déclaré les gens.

« Si nous voulons aller vite dans la phase un, nous pouvons choisir de le faire, si nous pensons que nous avons un dossier solide, nous pouvons faire la phase deux », a déclaré l'une des personnes, se référant à l'examen préliminaire de l'UE et aux enquête à grande échelle.

En ce qui concerne les systèmes de signalisation embarqués, la solution facilite essentiellement l'accès au logiciel, que les concurrents peuvent facilement modifier pour permettre aux anciens systèmes et aux nouveaux d'interagir, a déclaré la personne.

Avec des concurrents allemands, chinois, coréens, japonais, espagnols et suisses, l'industrie de la construction de trains est très compétitive, ont déclaré les gens.

Six points à retenir du rejet de Siemens-Alstom

La Commission européenne a décidé mercredi 6 février de bloquer la fusion de Siemens et d'Alstom, destinée à créer un champion européen du secteur ferroviaire, en raison de son impact négatif sur le marché et les consommateurs européens.