Aider les agriculteurs, lutter contre le changement climatique – EURACTIV.fr

Aider les agriculteurs, lutter contre le changement climatique – EURACTIV.fr

4 juillet 2020 0 Par Village FSE

Le coronavirus a révélé la fragilité des chaînes d'approvisionnement alimentaire mondiales que nous tenons trop souvent pour acquises. Même les pays les plus prospères doivent désormais s'attaquer aux questions de sécurité alimentaire, de disponibilité et de prix abordable.

La menace est réelle, notre enquête IPSOS Mori auprès des agriculteurs de l'UE a révélé que près de la moitié avait été touchée par la pandémie de coronavirus, un agriculteur interrogé sur trois a déclaré que la crise les inquiétait de la viabilité à long terme de l'agriculture.

Et c'est un secteur qui souffrait déjà des effets des conditions météorologiques extrêmes causées par le changement climatique. Les conditions météorologiques volatiles ont amené avec eux de nouveaux ravageurs et maladies à combattre et à mettre plus de pression sur l'eau et d'autres ressources rares.

La collaboration et non la polarisation

C'est pourquoi ce fut un véritable honneur de rejoindre un panel distingué lors de l'événement EURACTIV cette semaine sur la sécurité alimentaire et le changement climatique, où j'ai pu discuter de ces questions avec le commissaire européen à l'Agriculture, Janusz Wojciechowski, Agnes Kalibata (présidente d'AGRA – Growing Africa's Agriculture), Jeroen Douglas (directeur exécutif du réseau Solidaridad) et Tassos Haniotis (DG Agriculture).

Le commissaire Wojciechowski a convenu que la pandémie de coronavirus avait attiré une attention renouvelée sur la sécurité alimentaire et que nous devons travailler ensemble pour aider les agriculteurs à mieux faire face au changement climatique et à favoriser la résilience climatique.

Il ressort clairement de notre discussion que nous avons tous un objectif commun. Nous voulons des aliments sains et nutritifs et nous voulons lutter contre le changement climatique. Alors que nous traversons une période de grande incertitude économique causée par COVID-19 et la menace existentielle du changement climatique, nous devons nous éloigner d'un débat polarisé sur l'agriculture.

Alors que nous commençons à reconstruire après les arrêts du coronavirus, nous devons veiller à ce que la reprise soit à la fois plus durable et nous donne un approvisionnement alimentaire plus résistant aux effets du changement climatique. Nous avons besoin d'une reprise économique verte avec la durabilité au cœur, il n'est pas nécessaire de faire un compromis entre une nourriture abordable et l'environnement.

L'agriculture dans le cadre de la solution

L'agriculture occupe une position unique, contrairement à d'autres secteurs émetteurs de carbone, l'agriculture émet et stocke des gaz à effet de serre.

Nos recherches sur IPSOS Mori montrent que 65% des agriculteurs reconnaissent l'impact de l'agriculture sur l'environnement, l'agriculture à elle seule produit actuellement 12% de nos émissions mondiales de gaz à effet de serre. Cela doit changer.

Avec la bonne innovation, nous pouvons réduire la quantité de gaz à effet de serre que nous émettons et en même temps, nous pouvons augmenter la matière organique dans le sol afin qu'il absorbe et retienne plus de carbone.

Lors du débat EURACTIV, Tassos Haniotis, de la direction générale de l'agriculture de la Commission européenne, a déclaré que les agriculteurs ne feraient jamais ce que les bureaucrates leur diraient, ils font ce que font les autres agriculteurs, ce qui réussit.

Notre enquête IPSOS Mori a révélé que 59% des grands agriculteurs reconnaissent que la réduction des émissions de gaz à effet de serre rend leurs entreprises plus compétitives. Nous devons nous assurer de continuer à innover pour que cela soit le cas pour tous les agriculteurs.

Agnes Kalibata, présidente d’AGRA (Growing Africa’s Agriculture) a également souligné lors du débat que nous avons besoin d’un plan qui tienne compte du monde entier, et pas seulement d’une partie du monde. Les défis rencontrés par un grand agriculteur au Portugal ne sont pas les mêmes que ceux rencontrés par un petit agriculteur au Kenya.

Lancement de notre nouveau plan de bonne croissance

C’est pourquoi, au sein du groupe Syngenta, notre nouveau bon plan de croissance met l’accent sur les agriculteurs et la lutte contre le changement climatique et c’est pourquoi nous avons placé l’innovation au cœur de nos préoccupations, car il n’existe pas de solution unique au changement climatique. Nous sommes une entreprise mondiale et c'est la lentille à travers laquelle nous regardons le monde.

Nous investirons 2 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années dans l'innovation visant spécifiquement à apporter un changement radical dans la durabilité agricole. Grâce à notre programme d'innovation accéléré, nous mettrons sur le marché au moins deux innovations majeures chaque année qui permettront un changement radical dans la durabilité agricole.

Nous voulons améliorer la biodiversité et la santé des sols sur 3 millions d'hectares de terres rurales chaque année. Alors que nous visons une agriculture neutre en carbone, nous chercherons également à réduire l'intensité carbone de nos propres opérations d'au moins 50% d'ici 2030.

Bâtir de solides partenariats durables

Mais nous ne pouvons pas le faire seuls, la construction de partenariats solides et la publication d'objectifs de durabilité clairs sont le seul moyen pour le secteur d'apporter des changements tout au long de la chaîne de valeur agricole.

Nos collaborations avec The Nature Conservancy et The Solidaridad Network montrent comment nous pouvons combiner ressources et connaissances pour lutter contre le changement climatique et la perte de biodiversité.

Jeroen Douglas, directeur exécutif du réseau Solidaridad, a pris la parole lors de notre débat EURACTIV sur la collaboration pour améliorer les pratiques agricoles et la fertilité des sols. En Colombie, par exemple, nous travaillons avec le réseau Solidaridad dans le but d'aider les petits exploitants à augmenter leurs revenus de 25% en s'attaquant au dendroctone du caféier.

Nous savons que cette approche collaborative peut fonctionner, notre précédent plan de bonne croissance a aidé à sauver plus de 14 millions d'hectares de terres agricoles au bord de la dégradation, formé plus de 42 millions de travailleurs agricoles à la sécurité et nos projets de biodiversité ont amélioré plus de 5 millions d'hectares de terres agricoles à travers le monde. .

Ce plan n'était bien sûr que le début, notre nouveau plan de bonne croissance aidera les agriculteurs à augmenter leur productivité tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre. Au sein du groupe Syngenta, nous sommes prêts à travailler avec tous les agriculteurs, gouvernements, régulateurs et ONG pour fournir la science, la technologie et l'innovation nécessaires à cet effet.

Le nouveau Good Growth Plan stimulera la croissance du groupe Syngenta et la rentabilité des producteurs. Il fournira également le bon résultat pour la nature et la planète. Investir pour faire la bonne chose, c'est la bonne chose à faire.